samedi , août 18 2018
Home / National / Grand Anse / La BNC inaugure son nouveau centre d’opérations à Jérémie

La BNC inaugure son nouveau centre d’opérations à Jérémie

La population grand’anselaise, en particulier les entrepreneurs et les salariés des institutions publiques, avait attendu avec impatience l’ouverture de ce nouveau local de la Banque Nationale de Crédit (BNC) à Jérémie. Une relocalisation qui, de l’avis de plus d’un, devrait améliorer les services offerts à la clientèle.

L’Invitation, toujours en rotation sur les médias locaux, avait toutefois été lancée quelques jours plus tôt à la population grand’anselaise. Et ce lundi 28 mai 2018, c’est en grand nombre qu’elle y a répondu, incluant les sénateurs Sorel Jacinthe et Rigaud Bélizaire, et tous les secteurs d’activités de la Grand’Anse, privé et public, et même des représentants d’autres banques commerciales basées à Jérémie. Ce qui n’a pas manqué de créer un embouteillage prévisible à la rue Sténio Vincent, basse ville et centre historique de la ville de Jérémie. C’est là que se dresse désormais le nouvel édifice de la BNC dans toute sa majesté, au milieu d’autres immeubles, tous faisant partie du patrimoine historique du centre-ville et dont les photos ont fait partie d’une exposition réalisée à l’extérieur comme à l’intérieur de la succursale nouvellement inaugurée.

La BNC, à l’écoute de ses clients

Les propos de circonstance, ponctués quelquefois des bruits avertisseurs sonores des camions dans la rue, ont suivi la bénédiction des locaux par Mgr Marc Arthur Emile. Ces discours ont été sobres, sans clinquant ou ces promesses fallacieuses qui éreintent les gens avertis présents en majorité à la cérémonie. Le privilège a été accordé à Mme Gislène Saint-Louis, la responsable de la succursale. Après avoir remercié le conseil d’administration pour la confiance placée en elle, les clients de la banque pour leur loyauté, malgré le cyclone Matthew, en octobre 2016, elle a surtout mis l’accent, d’une voix posée, sur les différents services offerts par la BNC, dont le dernier en date, « Crédit énergie », lequel permet aux clients de faire l’acquisition de matériels pour s’alimenter en énergie électrique.

Le vice-président, Guy Marie Caseneuve, fier de ses origines grand’anselaises, debout au milieu d’autres collaborateurs du conseil d’administration de la BNC, a ouvert ses propos en sollicitant une minute de recueillement pour un ex-client de l’institution, l’homme d’affaires jérémien, feu Jean Brunel Pierre (voir Le Nouvelliste du……), indiquant que l’immeuble a été acquis grâce aux soins du défunt. « C’est pour montrer que la BNC est à l’écoute de ses clients, pour honorer la confiance placée en l’institution que cette relocalisation vers un espace plus confortable, spacieux, sécuritaire et où des opérations bancaires se feront avec plus de confidentialité a été effectuée », a confié M. Caseneuve dans un entretien en tête à tête.

Des clients interrogés sur place feront écho aux propos du vice-président. Jocelin Viviane St-Jean et Charmant Miriame trouvent l’espace attrayant comparé à celui exigu et vétuste de l’ancien local et apprécient l’effort deployé par la banque d’assurer, avec désormais ses six guichets, la rapidité et la confidentialité des opérations, par la disposition d’un séparateur cachant partiellement le client au guichet des autres faisant la queue.

La technologie au service de l’inclusion financière

Faisant allusion à l’exposition de l’Institut de sauvegarde du patrimoine national (ISPAN), M. Caseneuve a continué pour souligner que « la BNC reconnaît la valeur d’une architecture en péril », indiquant ensuite que cette reconnaissance « fait partie d’un plan global du conseil d’administration de la banque dont l’objectif est l’amélioration de la qualité et la diversité des services », tels que « des prêts à être accordés aux entrepreneurs et éventuels investisseurs dans le souci de contribuer au relèvement et développement du département de la Grand’Anse, ravagée par le cyclone Matthew.

C’est dans ce dessein sans doute que se situe la remise d’un chèque symbolique de deux cent mille ( 200 000) gourdes au Révérend Père Alick Revange, pour la chapelle Ste-Cécile de Tibélon, dont l’école finissant en 9e année fondamentale a été démantelée par l’ouragan Matthew. Et, a renchéri le vice-président, « tous les moyens technologiques de pointe seront utilisés en vue de faciliter l’inclusion financière ». Certains clients disent le prendre au mot et attendent impatiemment la nouvelle du service ATM qui devrait être disponible dans cette nouvelle succursale.

Un autre observateur plus perspicace, spécialiste en question de finances publiques, Jacson Jean Daniel, a partagé avec le journal des commentaires exclusifs et plus poussés à l’occasion de cette inauguration. Il estime que « le secteur bancaire haïtien se porte bien, ceci depuis plus de deux décennies et contribue tant bien que mal à la croissance économique. Cette croissance est indispensable à Haïti pour s’aligner au rang des pays émergents, à l’horizon 2030 ».

Relocalisation pour de meilleurs services, mais les véhicules

M Daniel ne doute pas que la BNC, propriété de l’Etat haïtien, puisse contribuer à la rentabilité du secteur bancaire haïtien. La fougue de l’institution « pour s’aligner parmi les grandes banques haïtiennes n’est pas négligeable ». Le spécialiste en finances publiques croit qu’effectivement, en se relocalisant « dans ce nouveau bâtiment, plus spacieux et mieux équipé, l’équipe de la BNC se propose d’offrir à la population de la Grand’Anse en général, et à sa clientèle en particulier, un service de qualité ».

D’un autre côté, souligne M. Daniel, avec plus de guichets à la rue Sténio Vincent, certes, « le service sera évidemment plus rapide, mais l’embouteillage ne sera pas négligeable à cause des véhicules qui auront à se garer de part et d’autre de cette rue, considérée comme parmi les plus étroites de Jérémie ». Notre interlocuteur, dont l’intervention est fondée, s’en remet au service de la circulation des véhicules et à la mairie de Jérémie qu’il invite à travailler pour trouver une issue au problème, tout en proposant une circulation partielle à sens unique avec des entrées et sorties sur des rues transversales.

Source Le Nouvelliste

About Yvon Janvier

Check Also

Le MENFP rappelle les dates des Examens du Bac

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a, dans un communiqué …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *